Selon son état de santé, ses conditions de travail et son exposition à des risques professionnels particuliers, chaque salarié bénéficie d’un suivi individuel approprié.

Le suivi médical individuel :

Il existe 3 types de suivi individuel, incluant le suivi initial (la visite d’embauche) et le suivi périodique.
De quel suivi allez-vous bénéficier ? Faites le test en sélectionnant vos conditions d’emploi. (expositions à certains risques, âge, conditions de travail ou type de contrat).
{{pluginSettings.generalSettings.writing.no_results}}
of {{actionSettings.pagesCount}}

Les visites médicales complémentaires :

En complément de ce parcours obligatoire, des visites médicales peuvent être organisées à la demande du salarié, de l’employeur ou du médecin du travail.

Lorsque la durée de l’absence au travail du salarié est supérieure à une durée de 30 jours, la suspension du contrat de travail ne fait pas obstacle à l’organisation d’un rendezvous de liaison entre le salarié et l’employeur, associant le service de prévention et de santé au travail.

Ce rendezvous a pour objet d’informer le salarié qu’il peut bénéficier, entre autres, d’actions de prévention de la désinsertion professionnelle ou d’une visite de préreprise avec le service de santé au travail.

Le rendez-vous de liaison est organisé à l’initiative de l’employeur ou du salarié. L’employeur informe celuici qu’il peut solliciter l’organisation de ce rendezvous. Aucune
conséquence ne peut être tirée du refus par le salarié de se rendre à ce rendezvous.

Assurée et organisée par le médecin du travail, elle répond à l’objectif de permettre le maintien dans l’emploi des salariés en arrêt de travail d’une durée de plus d’un mois. Elle est prescrite soit par le médecin traitant, le médecin conseil de la sécurité sociale ou demandée par le salarié.

Également assurée par le médecin du travail, reste obligatoire après :

  • Un congé maternité
  • Une absence pour cause de maladie professionnelle
  • Une absence d’au moins 30 jours pour cause d’accident du travail,
  • Une absence d’au moins 60 jours pour cause de maladie ou d’accident non professionnel.

Dès que l’employeur a connaissance de la fin de l’arrêt de travail, il saisit le service de santé au travail qui organise la visite de reprise le jour de la reprise effective du travail par le salarié et au plus tard dans un délai de 8 jours qui suivent la date de la reprise effective du travail.

La visite médicale de mi-carrière peut être réalisée par un médecin du travail ou un infirmier de santé au travail exerçant en pratique avancée. Elle est organisée à une échéance déterminée par accord de branche ou, à défaut, durant l’année civile du 45ème anniversaire du travailleur.

Cet examen médical peut être anticipé et organisé conjointement avec une autre visite médicale.

La visite médicale de mi-carrière vise à :

  • Établir un état des lieux de l’adéquation entre le poste de travail et l’état de santé du travailleur, à date, en tenant compte des expositions à des facteurs de risques professionnels auxquelles il a été soumis ;
  • Évaluer les risques de désinsertion professionnelle, en prenant en compte l’évolution des capacités du travailleur en fonction de son parcours professionnel, de son âge et de son état de santé ;
  • Sensibiliser le travailleur aux enjeux du vieillissement au travail et sur la prévention des risques professionnels.

Celui-ci ne peut proposer les mesures mentionnées au dernier alinéa du I. A l’issue de la visite, l’infirmier peut, s’il l’estime nécessaire, orienter sans délai le travailleur vers le médecin du travail. »

Les travailleurs ayant été exposés à des risques particuliers pour leur santé, et ayant bénéficié d’un suivi individuel renforcé, peuvent prétendre, sous conditions, à la mise en place d’une surveillance post-exposition.

L’employeur doit informer le service de santé au travail, dès qu’il en a connaissance, de la cessation de l’exposition du travailleur. Cette cessation peut être liée à un changement de poste, un départ de l’entreprise, ou une mise à la retraite.

Le service de santé au travail détermine alors si le travailleur remplit les conditions, et organise le suivi post-exposition si celui-ci est justifié.

La visite consiste à dresser un état des lieux des expositions du travailleur aux facteurs de risques professionnels, et à le verser au dossier médical en santé au travail. Sous conditions, et avec l’accord du salarié, un lien est établi avec le médecin traitant.

La demande de cette visite peut tout aussi bien émaner de l’employeur, du salarié et du médecin du travail lui-même.

Pour aller plus loin :